Luminothérapie

  1. Tout savoir sur la luminothérapie

  2. La luminothérapie et ses bienfaits

  3. Dans quels cas utiliser une lampe de luminothérapie ? 

  4. Quels sont les effets de la luminothérapie sur notre cerveau ? 

  5. Comment bien utiliser une lampe de luminothérapie ?

ambiance,luminothérapie,dayvia

La luminothérapie, comme son nom l’indique est le traitement par la lumière. Cette technique vise à traiter efficacement les troubles du cycle circadien autrement dit « se soigner par la lumière ». Cette médecine douce consiste à exposer son organisme à un maximum de lumière par l’intermédiaire de lampes spécialement conçues pour dispenser une lumière conforme à une longueur d’onde optimale.

La luminothérapie fait partie de la grande famille des photothérapies, à ne pas confondre avec les autres traitements tels que : la chromothérapie (ou chromatothérapie) qui va utiliser des lumières colorées pour traiter des pathologies spécifiques, du corps ou du visage mais essentiellement cutanées, ou encore l’héliothérapie, qui va utiliser la lumière naturelle du soleil.

  

trouble du sommeil, luminothérapie, dayvia

 La luminothérapie réside dans l’exposition répétée des yeux à une source de lumière blanche artificielle, dite « à large spectre » reproduisant la lumière du soleil. La principale différence avec la lumière du soleil, c’est l’absence de tout rayon nocif (rayon X, UV ou IR).

 Cette méthode naturelle non médicamenteuse est le choix optimal pour le traitement de la dépression saisonnière, des troubles du sommeil ou même de la dépression non saisonnière ou post partum.

 A noter que la lumière joue un rôle fondamental dans la régulation de notre horloge biologique et dans la sécrétion des hormones impliquées.

 De nombreuses études internationales démontrent que la luminothérapie contribue à retrouver énergie, forme, capacité à se concentrer et bonne humeur comme celle ressentie lorsque que vous prenez un bain de soleil I’été. 

Quel est le principe de la luminothérapie ?

principe luminothérapie, Dayvia

 La luminothérapie s’appuie sur l’effet d’une exposition à la lumière des récepteurs qui se situent au niveau de la rétine. En effet, il a été découvert en 2002 qu’il existait des photorécepteurs sur la rétine, les cellules ganglionnaires à mélanopsine. Ces cellules sont impliquées dans les “fonctions non-visuelles” de l’œil sont activées par la lumière, mais ne sont pas impliquées dans la vision.

Ces cellules sont donc sensibles à une lumière spécifique proche de celle du soleil et l’intensité de la sensibilité va dépendre de :

  • L’intensité lumineuse
  • La durée d’exposition
  • L’heure d’exposition
  • La longueur d’onde lumineuse (couleur)
  • L’historique lumineux

Cela dit, les cellules ganglionnaires à mélanopsine présentent une sensibilité optimale pour les lumières ayant des longueurs d'onde comprises entre 475 à 500 nanomètres.

Le matin, lorsque la lumière pénètre dans l'œil, elle active les photorécepteurs, ceux-ci sont reliés aux structures du cerveau et transforment alors le signal visuel en un signal électrique qui est envoyé, à son tour, via le nerf optique au régulateur de notre horloge biologique (le noyau suprachiasmatique). Celui-ci va alors interpréter le signal et commander, via la glande pinéale, l’arrêt de la sécrétion de mélatonine (l'hormone du sommeil) et déclencher la production de sérotonine et de cortisol (hormones de l'éveil, du bonheur et de l’énergie anti-stress).

    

serotonine et melatonine
melatonine et serotonine2

Chaque soir, avec la baisse de l’intensité lumineuse, le mécanisme s’inverse.

La mélatonine est produite dans notre cerveau quand la sécrétion de sérotonine et de cortisol est stoppée.
Le fonctionnement optimal de ce cycle, appelé cycle circadien. Il est essentiel pour assurer un excellent équilibre psychique et émotionnel.

 

 Pourquoi utiliser une lampe de luminothérapie ?

Chaque soir, avec la baisse de l’intensité lumineuse, le mécanisme s’inverse. La mélatonine est produite dans notre cerveau quand la sécrétion de sérotonine et de cortisol est stoppée.

Le fonctionnement optimal de ce cycle, appelé cycle circadien.

Il est essentiel pour assurer un excellent équilibre psychique et émotionnel.

  • Plus d’irritabilité et d’anxiété
  • Une humeur maussade
  • Un manque d’énergie
  • Des troubles du sommeil
  • Une fatigue chronique, etc…

Il s’agit ici des principales manifestations du blues hivernal.

Si ces symptômes se manifestent pendant 2 à 3 années consécutives, il s’agit alors d’une dépression saisonnière. 

Dépression saisonnière, Luminothérapie, Dayvia

 Des recherches montrent que chez les personnes souffrant de dépression saisonnière, le mécanisme de sécrétion de la mélatonine (hormone du sommeil) est souvent déréglé. On observe alors chez ces personnes un taux de mélatonine particulièrement élevé le jour, ce qui explique la fatigue ressentie en journée.

Le matin, la stimulation par luminothérapie des cellules ganglionnaires de la rétine (photorécepteurs non-imageants) permet de bloquer la transformation de la sérotonine en mélatonine pendant la journée.

Ces séances de luminothérapie permettront aussi une « reprogrammation » de l’horloge biologique de sorte que la mélatonine sera naturellement et normalement sécrétée le soir, lorsque la luminosité diminue, pour favoriser la phase d’endormissement. 

Quels sont les bienfaits de la luminothérapie ? 

Bienfaits de la luminothérapie, Dayvia

Exposer son corps quotidiennement à une lumière blanche artificielle aurait de

nombreux effets bénéfiques sur l’organisme.

Humeur, énergie, moral, cicatrisation ou immunité, les bienfaits de la lumière sont reconnus depuis de très nombreuses années. Elle joue un rôle clé dans le bon fonctionnement des fonctions biologiques de l’organisme.

C’est pourquoi, un apport complémentaire de lumière à l’aide de lampes ou lunettes de luminothérapie en période de faible luminosité est bien souvent recommandé.

Dayvia se positionne comme le spécialiste français de la luminothérapie et propose une gamme de produits disposant d’un agrément médical qui assure à ses utilisateurs un niveau d’efficacité et de sécurité optimal.

La dépression saisonnière est une pathologie fréquente, longtemps sous-estimée et par conséquent souvent sous-diagnostiquée. C’est ainsi que Dr Eric Charles, psychiatre à Limoges estime que la majorité des personnes qui en souffrent sont au mieux prises en charge pour un épisode dépressif sans tenir compte de ce caractère saisonnier ou au pire qu’elles traversent l’automne et l’hiver en traînant leur peine et souffrant sans la moindre prise en charge médicale ou psychologique.

 

Recherches luminothérapie, Dayvia

 En 2015, il publie alors un livre intitulé « A Chacun son rythme » (Editions First), dans lequel il présente une étude menée auprès de médecins généralistes de Limoges et de son agglomération. Ils ont découvert qu’environ une personne sur sept qui consultait son médecin généraliste au cours de l’hiver, quel qu’en soit le motif, présentait un trouble affectif saisonnier.

 En France, chaque année, plus de 500 000 personnes pourraient présenter ce type de trouble saisonnier.

La plupart du temps, la dépression saisonnière est traitée avec des antidépresseurs, mais ceux-ci ne sont pas forcément les plus efficaces.

  • Les troubles de l’humeur
  • La dépression non saisonnière
  • La dépression bipolaire
  • La dépression post partum
  • Les pathologies neurodégénératives telles qu’Alzheimer ou Parkinson

 La luminothérapie a régulièrement été citée comme l’une des meilleures thérapies non médicamenteuses dans les troubles de l’insomnie.

Mais attention, le choix de la lampe est primordial pour l’obtention de résultats de probants. Les produits Dayvia disposent d’un agrément médical CE, ils sont régulièrement testés et agréés par des autorités indépendantes.

 

 1. Dépression saisonnière

Depression-saisonnière-Dayvia

La luminothérapie a régulièrement été citée comme l’une des meilleures thérapies non médicamenteuses dans les troubles de l’insomnie.

Mais attention, le choix de la lampe est primordial pour l’obtention de résultats de probants.

Les produits Dayvia disposent d’un agrément médical CE, ils sont régulièrement testés et agréés par des autorités indépendantes.

 

 2. Trouble du rythme veille/sommeil

trouble du rythme du sommeil, Luminothérapie, Dayvia

 

L’utilisation régulière d’une lampe de luminothérapie permet de remettre à l’heure l’horloge interne du patient qui présente des décalages de phases ou des insomnies.

graphe
Si le patient est en avance de phase : il s’endort très tôt (17 h par exemple) et se réveille aussi très tôt (par exemple 3 h. du matin). Une séance de luminothérapie vers 17 h stimulera la sécrétion de sérotonine, bloquera la mélatonine et retardera donc sa phase de sommeil.
 
A l’inverse, si le patient est en retard de phase : il s’endort tard et se réveille tard. Une séance matinale de luminothérapie recalera sa phase de sommeil et il s’endormira plus tôt le soir.
 
Pour les patients souffrants de « Mauvais sommeil » : une séance matinale de luminothérapie améliorera leur sommeil tout en évitant les effets secondaires des somnifères, (somnolence matinale, diminution de la mémoire et décapitation des phases III et IV du sommeil (phases de récupération), diminution de la libido, risques d’accoutumance et de dépendance).

 

Fabrication française, Dayvia

La luminothérapie a régulièrement été citée comme l’une des meilleures thérapies non médicamenteuses dans les troubles de l’insomnie.

Mais attention, le choix de la lampe est primordial pour l’obtention de résultats de probants. Les produits Dayvia disposent d’un agrément médical CE, ils sont régulièrement testés et agréés par des autorités indépendantes. Le respect de cette règlementation pointue assure à l’utilisateur un produit efficace et sûr.

Et en plus, ils sont fabriqués en France

 

3. Les troubles causés par le travail à horaires décalées

(Travail de nuit)

femme medecin ordinateur
Lorsque l’on travaille de nuit ou de fin d’après-midi, le temps d’exposition à la lumière du soleil diminue drastiquement. Ceci est très courant chez les travailleurs décalés qui ont aussi du mal à passer du temps en extérieur entre leurs temps de travail.

Comme l’exposition à la lumière est notre principal synchroniseur, le manque de lumière a un impact réel sur le fonctionnement global de notre horloge interne. Sans lumière, pas de synchronisation et donc pas d’énergie.

La luminothérapie va donc contribuer à « paramétrer » le corps en mode diurne, en boostant la sécrétion des bonnes hormones et en calant l’horloge interne avec les horaires de vie.

 

 4. Le jet lag ou décalage horaire

femme aeroport decalage horaire

Lors d’un voyage trans-méridien de plus de 3 fuseaux horaires, l’horloge biologique est projetée en moins de 24 heures sur un nouvel horaire de lumière et d'obscurité totalement différent. Bien qu’assez souple, l’horloge circadienne n’a pas la capacité de s’adapter aussi brutalement, et l’on ressent vite un désordre interne s'installer : les fameux symptômes du jet lag.

Dissipés après quelques jours, ces symptômes peuvent devenir très handicapants pour les personnes voyageant très régulièrement.

Pour compenser le décalage de l’horaire jour-nuit entre le lieu de départ et le lieu d’arrivée, la luminothérapie agira comme un soleil artificiel, qui permet à l’horloge interne de se décaler progressivement sur quelques jours.

 

5. Les troubles de l’humeur

jeune femme fatigue humeur

Les effets de la lumière sur l'humeur étaient déjà décrits dans l'Antiquité et dès les premières descriptions médicales. Il y a une quarantaine d'années, les neurosciences ont permis un regain d'intérêt pour la luminothérapie. Les premières observations constataient que la modification des rythmes biologiques pouvait avoir un effet antidépresseur et que la lumière modifiait ces rythmes.

Très vite, la confirmation clinique des effets antidépresseurs de la luminothérapie s’est confirmée, notamment dans le traitement de la dépression saisonnière puis de la dépression unipolaire. Les neurosciences ont par la suite également permis de mieux préciser les réels effets de la lumière et les voies de phototransduction impliquées dans la régulation de l'humeur. Ces études validaient le fait qu’il existait une action sur l'humeur via un effet de la lumière sur les rythmes circadiens.

 

4. Dépression post partum

Dépression post partum femme bebe

 La dépression post-partum est un trouble de l'humeur qui touche environ 10 à 15 % des femmes après l'accouchement. Le diagnostic et le traitement rapide des symptômes sont cruciaux pour le bien-être de la mère et du nourrisson. Une majorité de femmes rejette le traitement par pharmacothérapie, en particulier pendant la période d’allaitement, car elles s'inquiètent des effets possibles des médicaments sur le nourrisson en développement. L'utilisation de la luminothérapie peut alors représenter un traitement adapté et non pharmacologique.

 

5. Pathologies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson) 

Pathologies neurodégénératives, luminothérapie, Dayvia

 La maladie d'Alzheimer est principalement caractérisée par une phase de démence.

Dans le vocabulaire médical, l'état de démence se traduit par une altération progressive des facultés cognitives et perte de mémoire, élément tangible de la dégradation des aptitudes des individus atteints d'Alzheimer.

Selon certaines études, la luminothérapie permettrait de diminuer la charge en protéine amyloïde-β dans le cerveau, en partie responsable de la dégénérescence cellulaire caractéristique de la maladie d’Alzheimer.

Dans le cas précis de la maladie d’Alzheimer, les chercheurs constatent que la réalisation de cures de luminothérapie permet de restaurer la mémoire et les capacités cognitives ainsi que d’améliorer la qualité et la durée du sommeil.

Le caractère lumineux des lieux de vie exercerait lui aussi une influence sur les niveaux d’agressivité et d’anxiété des patients atteints de démence.

 Pour la maladie de Parkinson, la luminothérapie agit principalement sur les symptômes non-moteurs comme les insomnies, la dépression ou la fatigue.

La luminothérapie apporte également une action intéressante dans la prévention de la maladie. Grâce à son action sur la régulation des rythmes circadiens et des troubles du sommeil, la luminothérapie permettrait de diminuer les facteurs de risques.

 Des études récentes ont permis de démontrer une corrélation entre le manque de sommeil et le risque accru de développer une démence. Ceci est démontré par une étude menée par l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et l’Université de Paris, en collaboration avec l’University College de Londres (UCL).

 

Quels sont les effets de la luminothérapie sur notre cerveau ?

Effets de la luminothérapie, Dayvia

 Sous l'effet de la lumière, la connectivité du cerveau, la façon dont les différentes zones échangent entre elles est modifiée. La luminothérapie instaure un dialogue optimal entre l'amygdale et l'hypothalamus. L'amygdale intervient dans la modulation des émotions et l'hypothalamus, placé dans le cerveau sous-cortical, est impliqué dans le fonctionnement de l'humeur, de la motivation, du sommeil (rappelons que c'est le siège de l'horloge biologique), de l'appétit, de la thermorégulation... Directement relié à l’hypophyse, qui sécrète toute une série de précurseurs hormonaux (notamment les précurseurs des hormones sexuelles), l'hypothalamus a un impact sur l’ensemble de nos fonctions vitales. La qualité de la lumière influe donc directement sur la manière dont notre cerveau traite nos émotions.

 

Qui peut pratiquer la luminothérapie ?

La luminothérapie est sans danger et a peu de contre-indications. Elle peut être pratiquée sans avis médical par toute personne souhaitant traiter une pathologie parmi celles décrites ci-dessus, et ce sans distinction d’âge (en excluant les enfants en bas âge), de sexe, de couleur de peau.

Pour une séance efficace à la maison, l’idéal est d’utiliser une lampe ou des lunettes de luminothérapie certifiées CE dispositif médical avec une puissance de 10 000 lux ou environ 480 nanomètres durant 30 minutes, de préférence le matin. Pour les lampes de luminothérapie à poser ou à accrocher au mur, la distance idéale entre la source de lumière et les yeux est de 30cm.

Les études ont démontré que la luminothérapie peut être pratiquée en toute sécurité, néanmoins, avant de commencer votre traitement, veuillez consulter votre médecin traitant si :

      • Vous souffrez ou avez souffert d’une dépression
      • Vous êtes hyper sensible à la lumière
      • Vous souffrez d’une maladie des yeux telle que la cataracte, le glaucome, …
      • Vous souffrez de troubles mentaux
      • Vous suivez un traitement avec des médicaments psychotropes ou photo-sensibilisant

Si vous rencontrez des problèmes (par exemple maux de têtes ou fatigue oculaire) suite à l’utilisation d’un dispositif de luminothérapie, veuillez en faire part à votre médecin traitant.

Pour les personnes souffrant de troubles bipolaires ou maniaco-dépressifs, la luminothérapie doit être utilisée avec précaution en raison du risque possible de déclenchement d’un épisode maniaque. Un suivi médical préalable est donc préconisé.

 

Quand utiliser la luminothérapie ?

utilisation de la luminothérapie, Dayvia

 Les chercheurs et médecins s’accordent sur le fait que la séance de luminothérapie doit de préférence être réalisée le matin plutôt que le soir sauf cas de décalage de phase ou de travail en décalé.

Pour les enfants et adolescents, la durée d’exposition doit être réduite à 15 - 20 minutes maximum.

De manière générale, les premiers effets sont constatés dès la première semaine de traitement mais bien souvent, 4 semaines sont nécessaires pour observer des changements biologiques mesurables.

En moyenne, les symptômes peuvent être réduits de 50 à 80% selon les patients. C’est un taux comparable aux anti-dépresseurs mais la luminothérapie engendre beaucoup moins d’effets indésirables et est bien moins coûteuse.

Le traitement doit débuter dès septembre ou octobre et se poursuivre jusqu’au printemps. Des individus particulièrement sensibles peuvent ressentir un retour des symptômes seulement quelques jours après l’arrêt des expositions. Dans ce cas, dès que les beaux jours arrivent, il est recommandé de diminuer la durée des séances de manière graduelle.

 

Comment positionner une lampe de luminothérapie ?

position lampe de luminothérapie, Dayvia

Pour pratiquer la luminothérapie, il est indispensable d’acquérir un dispositif médical parfaitement adapté, à savoir une lampe ou des lunettes de luminothérapie disposant du marquage CE suivi de 4 chiffres (CE0459 pour Dayvia). La lampe de luminothérapie SlimStyle ou 072 permet de réaliser sa séance le matin au petit déjeuner et d’en faire profiter toute la famille.

Pour que le traitement soit efficace, la lampe doit être positionnée de manière que la lumière puisse atteindre les yeux. Il n’est pas réellement nécessaire de fixer la source lumineuse, il suffit qu’elle reste dans le champ visuel. Cependant, les yeux doivent rester ouverts durant la séance pour que les rayons puissent atteindre la rétine et transmettre l’influx lumineux au cerveau.